Le royaume de France médiéval Index du Forum Le royaume de France médiéval
La naissance du royaume de France depuis Hugues Capet, Xè au XVè siècle.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Tanakh.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Le Royaume de DIEU. -> La Maison Dieu. -> Les Saintes Ecritures. -> L'Ancien Testament. -> La Bible hébraïque.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 12 730
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 21:04 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant

Tanakh, est l'acronyme de l’hébreu, en français : « Torah - Nevi'im - Ketouvim », formé à partir de l'initial du titre des trois parties constitutives de la Bible hébraïque :
- la Torah (la Loi ou Pentateuque)
- les Nevi'im (les Prophètes) ;
- les Ketouvim (les Autres Écrits ou Hagiographes).

Terminologie : Tanakh, Ancien Testament et Bible hébraïque.

La division que reflète l'acronyme Tanakh est bien attestée dans des documents de l'époque du Second Temple, dans le Nouveau Testament chrétien et dans la littérature rabbinique, à ceci près qu'au cours de cette période l'acronyme en question n'était pas utilisé ; le terme correct était Miqra (« Lecture », renvoyant à une fonction liturgique du texte), par opposition à Mishna (« Enseignement », « Répétition ») ou Midrash (« Exégèse »). Le terme Miqra continue à être utilisé à ce jour aux côtés de Tanakh pour dénommer les Écritures hébraïques. En hébreu moderne parlé, Miqra possède néanmoins une connotation plus formelle que Tanakh.

Les livres inclus dans le Tanakh étant pour la plupart écrits en hébreu, on l'appelle également la Bible hébraïque. Bien que l'araméen se soit introduit en bonne partie dans les livres de Daniel et d'Esdras, ainsi que dans une phrase du Livre de Jérémie et un toponyme de deux mots dans le Sefer Bereshit (Livre de la Genèse), ces passages sont écrits dans la même écriture hébraïque. Les passages en araméen sont les suivants: Esdras 4.8, 4.7 et 12.26 ; Jérémie 10.11 ; Daniel 2.4 à 7.28

Selon la tradition juive, le Tanakh est constitué de vingt-quatre livres : la Torah contenant cinq livres, les Nevi'im huit, et les Ketouvim onze.

La Bible hébraïque a exactement le même contenu que l'Ancien Testament protestant mais les livres sont présentés et classés différemment, les protestants comptant trente-neuf livres, et non vingt-quatre. Ceci est dû au fait que les chrétiens ont choisi de subdiviser certains livres de la religion juive.
Cependant, l'expression Ancien Testament, bien que commune, est souvent perçue comme péjorative par les juifs. D'une part elle ferait l'objet d'une volonté de s'approprier arbitrairement les textes de la religion juive et d'autre part selon la foi juive il ne saurait exister de Nouveau Testament puisque celui-ci n'est pas reconnu. L'expression « Premier Testament » est parfois considérée comme plus respectueuse vis-à-vis de la tradition juive.

En tant que telle, une distinction technique peut être tracée entre le Tanakh et le corpus similaire mais non identique que les chrétiens protestants nomment Ancien Testament. L'expression de Bible hébraïque est donc préférée par certains érudits, car elle recouvre les aspects communs du Tanakh et de l'Ancien Testament en évitant les biais partisans.

L'Ancien Testament catholique et orthodoxe contient sept Livres non inclus dans le Tanakh. Ils sont appelés Livres deutérocanoniques (lit. « canonisés secondairement » c'est-à-dire canonisés ultérieurement). Ils sont tirés de la Septante, version grecque étendue du Tanakh.

Dans les Bibles chrétiennes, les Livres de Daniel et d'Esther peuvent contenir des textes deutérocanoniques, n'ayant été inclus ni dans le canon juif ni dans le canon protestant.

_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 21:04 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 12 730
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 21:07 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant

Nom des livres bibliques.

Le texte hébreu ne consistait originellement qu'en consonnes, avec des lettres utilisées de façon inconstante comme des voyelles (matres lectionis).
Au cours du Haut Moyen Âge, les Massorètes codifièrent la tradition orale de lecture du Tanakh en ajoutant deux types spéciaux de symboles au texte : les signes de niqoud (ponctuation à fonction de voyelles) et de cantillation, ces derniers indiquant la syntaxe, l'accent tonique et la mélodie pour la lecture.

Les Livres de la Torah ont des noms d'usage basés sur le premier mot significatif de chaque livre. Les noms en français n'en sont pas la traduction : ils sont basés sur les noms grecs créés pour la LXX, lesquels étaient eux-mêmes basés sur les noms rabbiniques décrivant le contenu thématique des Livres.

Les noms entre parenthèses sont ceux sous lesquels les Livres sont connus dans le monde chrétien.

La Torah (תורה « Loi ») également connue sous le nom de Pentateuque se constitue de :
1.Bereshit (בראשית, « Au commencement » / Genèse) ;
2.Shemot (שמות, « Noms » / Exode) ;
3.Vayiqra (ויקרא, « Et Il appela » / Lévitique) ;
4.Bamidbar (במדבר, « Dans le désert » / Nombres) ;
5.Devarim (דברים, « Paroles » / Deutéronome).

Les Nevi'im (נביאים, « Prophètes ») sont :
Neviim rishonim (נביאים ראשונים, « Premiers prophètes »)
6. Yehoshoua (יהושע, Josué)
7. Shoftim (שופטים, Juges)
8. Shemouel (שמואל, Livres de Samuel – I et II)
9. Melakhim (מלכים, Livres des Rois - I et II)
Neviim aharonim (נביאים אחרונים, « Derniers prophètes »)
10. Yeshayahou (ישעיהו, Isaïe)
11. Yrmeyahou (ירמיהו, Jérémie)
12. Yehezqel (יחזקאל, Ézéchiel)
13. Trei Assar (תרי עשר) I. Hoshéa (הושע, Osée)
II. Yoël (יואל, Joël)
III. Amos (עמוס, Amos)
IV. Ovadia (עובדיה, Abdias)
V. Yona (יונה, Jonas)
VI. Mikha (מיכה, Michée)
VII. Nahoum (נחום, Nahum)
VIII. 'Havaqouq (חבקוק, Habacuc)
IX. Tsephania (צפניה, Sophonie)
X. Haggaï (חגי, Aggée)
XI. Zekharia (זכריה, Zacharie)
XII. Malakhi (מלאכי, Malachie)


Les Ketouvim (כתובים, « Écrits ») consistent en :
14. Tehilim (תהילים, « Louanges » / Psaumes)
15. Mishlei (משלי, « Paraboles » / Proverbes)
16. Iyov (איוב, Job)
17. Shir Hashirim (שיר השירים, Cantique des cantiques)
18. Routh (רות, Ruth)
19. Eikha (איכה, « Où » / Lamentations)
20. Qohelet (קהלת, « Prédicateur » / Ecclésiaste)
21. Esther ((אסתר
22. Daniel (דניאל)
23. Ezra-Nehemia (עזרא ונחמיה, Ezra wuNekhem'ya, Esdras et Néhémie)
24. Divrei Hayamim (דברי הימים, Chroniques - I et II)

_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 12 730
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 21:29 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant

La Torah ou Thora « instruction », « Loi ») est, selon la tradition du judaïsme, l'enseignement divin transmis par Moïse au travers de ses cinq livres.
Le christianisme, qui tout en s'en inspirant ne donne pas de valeur canonique aux enseignements rabbiniques, nomme les livres traditionnellement attribués à Moïse le Pentateuque, mot d'origine grecque Πεντάτευχος signifiant « Les cinq livres ».

Elle est composée de cinq livres désignés en hébreu par le premier mot du texte et traditionnellement en français : la Genèse (Berēshīṯ : Commencement), l'Exode, le Lévitique : Et il appela), les Nombres, le Deutéronome.

La Torah sert de charte historique et doctrinale au judaïsme orthodoxe. Elle est également reconnue par le christianisme, bien que celui-ci soutienne que ses pratiques et lois seraient accomplies et auraient perdu de leur pertinence devant le Nouveau Testament, et en partie par l'islam, selon lequel elle aurait été falsifiée.

Elle contient, selon la tradition juive, 613 commandements6 et comporte, outre la composante écrite : « Torah écrite »), une dimension orale : « Torah orale »), ultérieurement compilée dans le Talmud et la littérature midrashique.

La Torah fut, selon la tradition, dictée à Moïse par Dieu sur le mont Sinaï.
Pour les juifs, elle a traditionnellement été acceptée comme telle : la parole littérale de Dieu au peuple juif tout entier au mont Sinaï.

Toutefois, cette affirmation est remise en cause dès le XIIe siècle, notamment par certains érudits et philosophes comme Isaac ibn Yashush et Abraham ibn Ezra, qui dressent la liste des « post-mosaica » - textes ou éléments rédigés après l'époque mosaïque - sans remettre pour autant en cause la tradition reçue. Cependant le premier à rejeter l'idée que Moïse a écrit les cinq livres est Andreas Bodenstein (1486-1541), un théologien protestant qui examine aussi dans son ouvrage la possibilité qu'Esdras soit le véritable auteur du Pentateuque pour finalement la repousser. Le pas est franchi par Baruch Spinoza, dans son Tractatus theologico-politicus où il souligne l'unité organique entre la Torah et les livres « historiques » (de Josué aux Rois), et en attribue la rédaction à Esdras.

Aujourd'hui, après avoir connu un consensus dans les années 1970 autour de l'hypothèse documentaire, diverses autres théories ont refait surface pour expliquer l'origine de la Torah, dont la théorie des fragments et la théorie des compléments. Malgré leurs divergences, ces théories s'accordent toutefois sur le fait que la Torah est une collection de textes mis en commun par des scribes autour de la période de l'exil et après. La publication de cette littérature de compromis, qui ne cherche pas à gommer les divergences des options théologiques, peut se comprendre comme la mise en place d'une matrice identitaire du judaïsme naissant, une réponse aux changements politiques, économiques et religieux auxquels celui-ci se trouve confronté.

La critique radicale biblique reçoit peu de soutien chez les Juifs orthodoxes. La critique des livres bibliques hors la Torah (Neviim et Ketouvim) est tolérée, quoique d'un mauvais œil, mais l'appliquer à la Torah elle-même est considéré comme erroné, voire hérétique. L'hypothèse documentaire, combattue par l'érudit Umberto Cassuto, a cependant fait l'objet de commentaires du Malbim et du Rabbin Samson Raphael Hirsch.

_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 6 577
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 09:45 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant

Voilà qui est intéressant Messire car les deux Testament son liés, pour ma part, lorsque je lis le Nouveau Testament, il y a des indices qui redirigent vers l'Ancien Testament.
_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 12 730
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 11:23 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant

Il en est de même au Culte, la Bible rien que la Bible(Martin Luther).
_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 12 730
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 13:05 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant

Les Nevi'im, « Prophètes ») forment la seconde partie du Tanakh (Bible hébraïque), après la Torah (Pentateuque) et avant les Ketouvim (Autres Écrits).

Les Nevi'im sont souvent désignés sous le nom de « Livres prophétiques » ou « Livres des Prophètes » en français, ou même simplement de « Prophètes ». Cependant le nom hébreu נביא (nabī) comporte une autre notion que celle véhiculée par le mot « prophète », puisqu'il signifie « produire » plutôt qu'« apporter au-devant ».

La théorie dominante, celle de l'histoire deutéronomiste, propose une écriture par couches successives d'un récit historique partant du Deutéronome pour s'achever au livre des Rois. Cependant certains exégètes, comme Konrad Schmidt, rejettent cette hypothèse. Selon Schmidt, il aurait existé avant l'exil un récit couvrant les époques de Moïse et de Josué.
Pendant l'exil, un récit retraçant la vie des rois d'Israël et de Juda (les livres de Samuel et les livres des Rois) y aurait été ajouté. Lors de la création du Pentateuque, ces deux ensembles auraient été remaniés et le groupe de textes, du livre de Josué à ceux des Rois, aurait été créé, devenant ainsi les Nevi'im Rishonim.
La rédaction continue cependant après l'exil, et ce jusque vers 200 av. J.-C..
Les Nevi'im sont traditionnellement regroupés en deux ensembles :
Les Premiers Prophètes (Nevi'im Rishonim [נביאים ראשונים] - c'est-à-dire prophètes antérieurs à la chute du Premier Temple et l'exil) dont le récit s'étend de Josué aux Rois.
Les Derniers Prophètes (Nevi'im Aharonim [נביאים אחרונים] - c'est-à-dire prophètes ultérieurs à l'exil), (contenant surtout des prophéties sous forme poétique.)

L'ordre des livres du judaïsme est repris dans le protestantisme.

Dans la tradition juive, les livres de Samuel et des Rois ne sont pas subdivisés en deux livres chacun. Par ailleurs, les livres des derniers prophètes étant relativement courts, ils sont regroupés en un ouvrage, appelé Trei 'Assar (les Douze petits prophètes), « petit » ne se rapportant pas à leur importance mais à la longueur des écrits.
La tradition juive compte donc un total de huit livres dans les Nevi'im (parmi 24 livres dans tout le Tanakh) :
- Les premiers prophètes:
Les livres des premiers prophètes couvrent l'histoire d'Israël de son installation en terre de Canaan à sa déportation à Babylone.
- Les prophètes seconds:
Ces livres sont à proprement parler des prophéties : pour les croyants, ils donnent à entendre la parole de Dieu rapportée par les prophètes.

_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Liliane
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2013
Messages: 6 224
Localisation: val d'oise

MessagePosté le: Dim 12 Juin - 09:18 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant


_________________


Revenir en haut
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 12 730
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Lun 13 Juin - 09:06 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant

Les Ketouvim forment la troisième et dernière partie du Tanakh (Bible hébraïque), après la Torah (Pentateuque) et les Nevi'im (Prophètes).

On traduit souvent Ketouvim par le terme Autres Écrits en français, le mot כתובים signifiant littéralement « écrits ». Dans la liturgie, on les nomme parfois kitveï kodesh (« écrits saints » ou « de sainteté »). On les désigne aussi par l'expression Livres Hagiographes ou simplement Hagiographes.

Dans la tradition textuelle juive, le Livre des Chroniques est compté comme un seul livre.
Ezra et Néhémie sont également regroupés dans un seul livre appelé "Esdras". Il y a donc onze livres au total dans cette section, selon l'énumération suivante.

Les trois livres poétiques.

"Forme poétique" dans les manuscrits.

Dans les manuscrits massorétiques, Job, Proverbes et les Psaumes sont présentés dans un format en deux colonnes afin d'appuyer sur les stances parallèles des versets, qui participent de leur fonction poétique. Ils sont nommés Sifrei Eme"t (Livres de "Vérité"), par acronyme de leurs titres hébreux, Emet.
Cantillation poétique.

Ces trois livres sont les seuls du Tanakh à posséder leurs notes de cantillation, destinées à accentuer les stances parallèles dans les versets. Ces notes de cantillation sont appelées Ta`amei Eme"t.


Les Cinq Rouleaux.
Les cinq Livres relativement courts du Cantique des Cantiques, de Ruth, des Lamentations, de l' Ecclésiaste et d'Esther sont collectivement connus sous le nom des Hamech Meguilot (les Cinq Rouleaux, à ne pas confondre avec les Cinq Livres). Ces rouleaux sont traditionnellement lus au long de l'année juive dans de nombreuses communautés.
La liste ci-dessous les présente dans l'ordre de lecture à la synagogue au cours du calendrier, commençant par le Cantique des Cantiques, à Pessa'h.

_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 12 730
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Lun 13 Juin - 09:10 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant

Ordre des Livres.

Cette liste présente les livres des Ketouvim dans leur ordre d'apparition dans les éditions imprimées classiques, et les divise en trois sous-groupes basés sur la distinction des Sifrei Eme"t et des Hamech Meguilot .

Groupe I: Les Trois Livres Poétiques (Sifrei Eme"t)
1. Tehillim (Livre des Psaumes)
2. Mishlei (Livre des Proverbes)
3. `Iyyov (Livre de Job)

Groupe II: Les Cinq Rouleaux (Hamech Meguilot)
4. Chir haChirim (Cantique des Cantiques) שיר השירים (lu à Pessa'h)
5. Ruth (Livre de Ruth) רות (lu à Shavouot)
6. Eikha (Lamentations) איכה (lu à Tisha Beav, avec de nombreuses kinnot)
7. Qohelet (Ecclésiaste) קהלת (lu à Soukkot)
8. Esther (Livre d'Esther) אסתר (lu à Pourim)

Group III: Autres Livres Historiques
9. Daniel (Livre de Daniel)
10. Esdras (Livre d'Esdras et de Néhémie)
11. Divrei haYamim (Livres des Chroniques)

_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Le Téméraire
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2012
Messages: 3 011
Localisation: Dijon

MessagePosté le: Sam 18 Juin - 22:06 (2016)    Sujet du message: Tanakh. Répondre en citant


_________________
« L'adversité rend sage. »


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:24 (2017)    Sujet du message: Tanakh.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Le Royaume de DIEU. -> La Maison Dieu. -> Les Saintes Ecritures. -> L'Ancien Testament. -> La Bible hébraïque. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Desing (BlueBoard) by © AlyotiS