Le royaume de France médiéval Index du Forum Le royaume de France médiéval
La naissance du royaume de France depuis Hugues Capet, Xè au XVè siècle.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le château de Chambord.
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Patrimoine du Royaume -> Architectures. -> Architecture de la Renaissance.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 6 593
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Dim 30 Oct - 15:42 (2016)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant



Le site a d'abord accueilli une motte féodale, ainsi que l'ancien château des comtes de Blois.
L'origine du château actuel remonte au XVIe siècle et au règne du roi de France François Ier qui supervise son édification à partir de 1519.

_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 30 Oct - 15:42 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 6 593
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Dim 30 Oct - 15:48 (2016)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant



Conçu sur le modèle médiéval des châteaux forts avec son enceinte et ses grosses tours d'angle,
il est nettement inspiré par le style gothique, mais il possède surtout une silhouette très spécifique qui en fait l'un des chefs-d'œuvre architecturaux de la Renaissance : 156 mètres de façade, 426 pièces, 77 escaliers, 282 cheminées et 800 chapiteaux sculptés.

_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 6 593
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Dim 30 Oct - 15:55 (2016)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant



Le 6 septembre 1519 est l'acte de naissance de Chambord lorsque François Ier donne commission à François de Pontbriand, son chambellan, d'ordonner toutes les dépenses qu'il y aurait à faire pour la construction du château.

_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 6 593
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Dim 30 Oct - 16:00 (2016)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant


_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Le Téméraire
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2012
Messages: 3 022
Localisation: Dijon

MessagePosté le: Dim 30 Oct - 17:28 (2016)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

:lys
_________________
« L'adversité rend sage. »


Revenir en haut
Liliane
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2013
Messages: 6 297
Localisation: val d'oise

MessagePosté le: Dim 30 Oct - 17:55 (2016)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

Publication intéressante avec des photos magnifiques. :lys
_________________


Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 17:42 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

Il existait un pavillon de chasse à Chambord - sans doute une petite forteresse - avant 1518, propriété des comtes de Blois. André Félibien, sieur des Avaux et historiographe des bâtiments du roi Louis XIV, rapportait en 1681 : " le chasteau de Chamborg est situé à quatre lieues de Blois, dans une plaine où passe la petite rivière du Cosson qui vient de la Sologne et va se rendre dans la Loire. C'estoit autrefois une maison où les anciens comtes de Blois alloient prendre le divertissement de la chasse. "  Le roi François Ier (1515-1547) adorait l'endroit et décida d'y faire édifier une somptueuse résidence à compter de 1519. Les plus prestigieux architectes se penchèrent sur ce projet, au premier rang desquels, bien qu'il n'en existe aucune preuve formelle, se tenait certainement le fameux Léonard de Vinci. 


Le chantier pharaonique débuta par la construction de la partie centrale appelée " donjon ".  Dans un étonnant paradoxe, alors que son trésor était en permanence à sec, le dispendieux souverain ne lésina guère sur la dépense lorsqu'il s'agissait d'embellir Chambord. Il songea même un instant à détourner le cours de la Loire (à quatre kilomètres de là !) pour amener l'eau au pied de son rêve de pierre. Sans doute dissuadé par ses ingénieurs effrayés par le défi technique, il se contenta de faire dévier l'un des petits affluents du grand fleuve, plus proche et moins capricieux : le Cosson. Les travaux se poursuivirent durant tout le règne du prince à la salamandre. Ils ne furent interrompus qu'en 1524 et 1525, après sa défaite de Pavie (Italie) et sa captivité - dorée - madrilène. Son fils Henri II (1547-1559) poursuivit l'œuvre paternelle, mais le château de Chambord ne fut jamais achevé.  Pratiquement inoccupé après 1576, il tombait en ruine dès les premières années du XVIIe siècle. Louis XIII l'octroya avec le comté de Blois en 1626 à son frère Gaston d'Orléans, également bâtisseur d'une aile splendide du château de Blois. Gaston s'attacha à restaurer la vieille demeure. 


Un devis daté de 1641 atteste d'un état de délabrement assez avancé : " Les plafonds sont ruinés, pourris et corrompus par les eaux gelées. " A la mort de Gaston en 1660, le domaine rénové revint derechef dans l'escarcelle de la monarchie. Louis XIV appréciait visiblement le séjour et s'y fit aménager de magnifiques appartements. Molière donna notamment dans la salle des gardes la première représentation de son " Bourgeois Gentilhomme " (1670). Le palais passa ensuite de mains en mains au gré de la volonté royale. Il fut successivement octroyé par Louis XV à son beau-père Stanislas Leszcynski (de 1725 à 1733), roi déchu de Pologne, puis au Maréchal de Saxe (de 1745 à 1750), en récompense pour sa victoire de Fontenoy du 11 mai 1745. Abandonné après la mort de Hermann Maurice de Saxe, Chambord délaissé se dégrada à nouveau rapidement.  La Révolution Française le déshabilla de ses derniers oripeaux et certaines voix s'élevèrent pour réclamer que ce symbole de la mégalomanie monarchique soit purement et simplement détruit. L'administration départementale demanda à la Convention en 1792 " de transformer ce repère de vautours en habitations de bons patriotes. " La pétition préconisait " que le cy devant château de Chambord soit rayé et démoli en entier et que l'acquéreur des matériaux soit tenu de bâtir cinquante habitations composées de deux chambres, une écurie et un grenier. " Seul au bout du compte le mobilier sera pillé et dispersé.  Miraculeusement sauvé de la disparition, Napoléon Ier offrit la grandiose ruine au maréchal d'Empire Berthier, vainqueur de la bataille de Wagram (1809). Mai celui-ci n'eut guère les moyens financiers nécessaires à la remise en état des lieux et sa veuve le vendit en 1820. Une souscription nationale fut lancée et la somme recueillie permit de l'acheter pour l'offrir au petit-fils de Charles X, le jeune comte Henri de Bordeaux. La chute des Bourbons en 1830 (les Trois Glorieuses) le contraignit à l'ostracisme avec sa mère et le château fut abandonné pour la troisième fois.  Chambord fut une dernière fois mêlé à l'Histoire de notre pays après la défaite française de 1870-1871 et la chute du Second Empire. 


La question de la restauration monarchique se posa alors, encouragée par un fort parti royaliste emmené par le maréchal Mac-Mahon. On rappela en France le duc de Bordeaux et comte de Chambord, exilé depuis 1830 au château autrichien de Frohsdorf. Henri de Chambord choisit aussitôt de vivre dans la demeure dont il portait fièrement le nom. Il y publia en 1871 un " Manifeste aux Français " dans lequel il refusait de reconnaître le drapeau tricolore et proclamait haut et fort son attachement à la bannière blanche de ses ancêtres : " Henri V, écrivit-il, ne peut abandonner le drapeau blanc d'Henri IV. " Cette intransigeance lui coûta le trône qui s'offrait pourtant à lui et la France choisit définitivement la voie républicaine (1873). La " Gueuse " (Ainsi les royalistes qualifiaient-ils la République) triomphait heureusement et Henri de Bordeaux reprit définitivement le chemin de Frohsdorf, où il mourut en 1883. Chambord fut à nouveau abandonné à la forêt.  L'État racheta le château et son domaine aux héritiers du comte Henri, en 1930. Et c'est paradoxalement La Gueuse tant décriée qui restaura heureusement ce joyau de la première Renaissance française.  





Le donjon.


Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 18:59 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

Pour bien appréhender la signification de la structure de Chambord, il convient de brosser en préambule quelques grands traits de la société féodale.  A compter du milieu du IXe siècle débute un processus de privatisation de la chose publique, un morcellement de l'autorité. A quelques nuances régionales près, chaque potentat local devient seul maître sur ses terres. Il s'est arrogé ce que l'on nomme communément le droit de ban : commander, juger, fortifier et lever l'impôt. Au centre de ses possessions, sur lesquelles il règne en maître absolu, il érige sa demeure personnelle et la fortifie. Ce lieu devient donc automatiquement le siège du pouvoir. Il existe par conséquent un lien étroit entre le château médiéval, la propriété de la terre et l'exercice de l'autorité. En résumé, une simple tour qui domine les campagnes revêt une signification symbolique : elle incarne la puissance.  Les énormes progrès réalisés par les armes à feu à partir du premier tiers du XVe siècle et l'implacable restauration de l'autorité royale, rendent bien vite obsolète le concept même du château fort. La société féodale agonise et seul le roi détient désormais le précieux droit de gouverner. Cette indépendance, cette hégémonie recouvrées doivent éclater ostensiblement au regard de chacun. Les hommes de la Renaissance ne diffèrent cependant guère dans leurs repères, de ceux des générations précédentes. Tours élevées, hautes courtines (même percées de centaines de fenêtres), imitations de mâchicoulis (comme à Chaumont-sur-Loire) demeurent à leurs yeux représentatifs de l'omnipotence. C'est avant tout sous cet angle que doit être analysée la structure de Chambord.  


Le palais dessine donc un immense rectangle de 156 mètres sur 117, flanqué aux angles de quatre gros cylindres très saillants. Deux autres tours circulaires, énormes, encadrent la porte. L'ensemble s'inspire largement du plan type des grandes forteresses bâties par le roi Philippe Auguste. Une construction carrée appelée " donjon " (encore un symbole) trône au milieu de la façade occidentale. Elle est elle aussi flanquée de quatre tours aux angles.  Mais Chambord doit également satisfaire aux goûts et aux impératifs de son temps. C'est un espace voué au luxe, aux fastes de la vie de cour. Les architectes s'y sont surpassés et y ont démontré tout leur savoir-faire. Ils s'inspirèrent largement et librement des très belles réalisations italiennes, créant ainsi une œuvre unique et originale. Les sculpteurs ont rivalisé d'art et donné vie à la pierre en la ciselant finement. Les étages intérieurs sont desservis par un exceptionnel escalier à double révolution. Les salles, immenses, ont fait l'objet d'aménagements ininterrompus durant presque quatre siècles : François Ier naturellement, mais aussi Louis XIV y ont laissé leur empreinte. La promenade sur les toits se révèle envoûtante : ce n'est que forêt de pinacles, de clochetons, de cheminées (365 au total) et de lanternes.  Témoin exceptionnel d'une époque révolue où le fonctionnel le cédait volontiers au grandiose, Chambord est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1981.      





Le château vu du sud-est.


Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 19:02 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

Vue rapprochée de la façade sud-est. En bas, à gauche, le porche Royal, l'entrée principale bâtie par Louis XIV.




Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 19:06 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

Le château vu de l'est. Il a été construit dans le lit d'une rivière, le Cosson. 




Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 19:07 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

La grande vis est établie au centre du donjon et dessert tous les étages. C'est un escalier à vis à double révolution : il y a en fait deux rampes séparées qui s'imbriquent l'une l'autre sans jamais se croiser.




Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 19:09 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

Lanternons, lucarnes et cheminées de la toiture. Cette floraison de pierres sculptées rappelle plus le gothique flamboyant que l'architecture italienne de la Renaissance.




Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 19:11 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

Le château vu de l'ouest. La partie supérieure de l'aile de la Chapelle (au premier plan) a été achevée au XVIIe siècle, d'où son aspect plus austère.




Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 19:12 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

La lanterne qui coiffe la grande vis vue depuis les terrasses du donjon.




Revenir en haut
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 757
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 10 Jan - 19:14 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord. Répondre en citant

Le Donjon depuis la cour intérieure.




Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:29 (2018)    Sujet du message: Le château de Chambord.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Patrimoine du Royaume -> Architectures. -> Architecture de la Renaissance. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Desing (BlueBoard) by © AlyotiS