Le royaume de France médiéval Index du Forum Le royaume de France médiéval
La naissance du royaume de France depuis Hugues Capet, Xè au XVè siècle.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Joseph Juste Scaliger 1540-1609.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Réforme protestante. -> Églises protestantes. -> Les Personnalités du XVIè et XVIIè siècles.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 11 461
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 13:50 (2016)    Sujet du message: Joseph Juste Scaliger 1540-1609. Répondre en citant



Joseph Juste Scaliger, fils de Jules César Scaliger, né le 5 aout 1540 à Agen et mort le 21 janvier 1609 à Leyde, est l'un des plus grands érudits français du XVIe siècle.

Il surpassa son père comme philologue, et se fit en outre un nom comme chronologiste et historien. Il fut longtemps sous la protection amicale de la famille de Chasteigner, et parcourut la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Écosse. Il embrassa la religion réformée (1562) et fut précepteur de cette même famille noble au sud de la Touraine, notamment dans leur château de Preuilly, il fut ensuite appelé à l’Académie de Leyde en 1593, comme successeur de Juste Lipse.

Catéchisé par Pierre Viret, il embrassa la foi réformée en 1562. Son maître le plus influent fut Jean Dorat, qui non seulement savait instiller le savoir, mais aussi provoquer l'enthousiasme. C’est d’ailleurs à Dorat que Scaliger dut d'avoir un toit pour les années suivantes, puisqu'en 1563 le professeur proposa son étudiant comme compagnon de voyage au jeune seigneur de La Roche-Posay, Louis de Chasteigner. Une étroite amitié attacha ces deux hommes, et elle devait perdurer jusqu'à la mort de Chasteigner en 1595. Ils allèrent d'abord à Rome et y trouvèrent Marc-Antoine Muret qui, lorsqu'il résidait à Bordeaux puis à Toulouse, rendait de fréquentes visites à Jules César Scaliger à Agen. Muret s'aperçut rapidement des talents du jeune Scaliger, et le présenta à plusieurs savants romains.
Après avoir visité une grande partie de l’Italie, les deux voyageurs partirent pour l’Angleterre et l’Écosse, passant par La Roche-Posay.
Scaliger eut une mauvaise impression des Anglais, auxquels il reprochait leur attitude distante et leur manque d'hospitalité envers les étrangers. Il fut également déçu du petit nombre d’érudits et de manuscrits grecs qu'il trouva Outre-Manche. Il ne devait se lier à Richard Thomson (en) et d'autres Anglais que des années plus tard.
Au fil de ses voyages, il se fit huguenot.

_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 1 Nov - 13:50 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 11 461
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 13:59 (2016)    Sujet du message: Joseph Juste Scaliger 1540-1609. Répondre en citant



Les Provinces-Unies.

Lorsqu’en 1590, Juste Lipse prit sa retraite de l’université de Leyde, l’université et ses protecteurs, les États généraux des Provinces-Unies et le prince d’Orange, décidèrent de nommer Scaliger comme son successeur.
Scaliger refusa ; il détestait, ainsi qu'on l’a dit, les cours magistraux, et certains de ses amis s'imaginaient qu'avec l'avènement d’Henri IV, les Belles-Lettres allaient renaître en France et que le protestantisme n’y ferait plus l'objet de discriminations. Les autorités de l'université renouvelèrent leur invitation avec toute la diplomatie souhaitable l'année suivante : on y assurait Scaliger qu'il n'aurait pas même à assurer de cours, que l'université se contenterait de sa présence, et qu'il disposerait de ses loisirs à sa guise. Scaliger accepta cette offre à toutes fins utiles.
Au milieu de 1593, il partit pour les Pays-Bas, où il allait passer les treize dernières années de sa vie, sans jamais retourner en France. Sa réception à Leyde combla ses espérances. Il fut pourvu d'une pension confortable, et traité avec la plus haute considération. On ne lui discutait pas ses prétendus titres d'aristocrate de Vérone. Leyde se trouvant à mi-chemin entre La Haye et Amsterdam, Scaliger pouvait profiter, outre des cercles intellectuels de Leyde, des avantages du meilleur monde de ces deux métropoles : car Scaliger n'était pas vraiment un ermite plongé dans ses livres ; il se délectait de relations mondaines et passait pour un aimable causeur.
Les sept premières années de son séjour à Leyde, sa réputation se maintint au zénith. Son jugement littéraire était sans réplique.
De sa chaire de Leyde, il régnait sur le monde des Lettres ; il faisait et défaisait les réputations, était entouré d'un aréopage de jeunes pressés d'entendre sa conversation. Il encouragea Grotius (qui n'avait que seize ans) à éditer Martianus Capella. Mais dans le même temps, Scaliger se créait de nombreux ennemis. S'il méprisait l’ignorance, il éprouvait une haine farouche envers la demi-érudition, et par dessus tout la mauvaise foi dans l'argumentation ou les citations approximatives. Entiché d'honneur et de loyauté, il ne tolérait ni les arguments bancals, ni les imprécisions de ceux qui prétendaient défendre une thèse ou plaider une mauvaise cause. Ses sarcasmes agressifs finirent par parvenir aux oreilles de ses victimes, et encore sa plume n'était-elle pas moins dure que sa langue. Imbu de son magistère, il maniait la moquerie sans nuance, et d'ailleurs n'avait pas toujours raison sur le fond : comme il se fiait énormément à sa mémoire, il n'était pas à l'abri d'une erreur. Et ses émendations, si elles étaient généralement bonnes, étaient parfois absurdes.

La cabale des Jésuites.
Ses ennemis n'étaient pas seulement ceux dont il avait dénoncé les erreurs et que ses outrances avaient indignés.
Les résultats fournis par son approche chronologique ébranlaient les thèses des polémistes de la Contre-Réforme et mettaient en cause l’authenticité d'une partie de leur documentation.
Les Jésuites, qui se posaient en détenteurs de l'autorité savante, trouvaient en Scaliger et ses écrits un défi à leurs revendications. Or à la fin de sa vie, Muret s'était rangé sous la bannière de la stricte orthodoxie, Juste Lipse s'était réconcilié avec l'Église de Rome, et si Isaac Casaubon hésitait encore sur le parti à prendre, Scaliger restait un irréconciliable huguenot. Tant que son rayonnement intellectuel restait intact, les Protestants garderaient l'avantage dans la République des Lettres. C'est pourquoi ses ennemis cherchèrent, non pas tant à le reprendre sur le terrain de la critique littéraire ou de ses prises de position, que sur celui de la vie privée et de la condition : ce n'était toutefois pas une tâche facile, car il avait un grand sang-froid.

_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 5 312
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 18:01 (2016)    Sujet du message: Joseph Juste Scaliger 1540-1609. Répondre en citant


_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:25 (2016)    Sujet du message: Joseph Juste Scaliger 1540-1609.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Réforme protestante. -> Églises protestantes. -> Les Personnalités du XVIè et XVIIè siècles. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Desing (BlueBoard) by © AlyotiS