Le royaume de France médiéval Index du Forum Le royaume de France médiéval
La naissance du royaume de France depuis Hugues Capet, Xè au XVè siècle.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Règne (1559 – 1560).

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Les Souverains de la Maison de Valois-Angoulème. -> Les Valois-Angoulème. -> François II 1544-1560.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 5 300
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 17:46 (2016)    Sujet du message: Règne (1559 – 1560). Répondre en citant



François II
(né à Fontainebleau, le 19 janvier 1544 - mort à Orléans, le 5 décembre 1560),
est roi de France du 10 juillet 1559 jusqu'à sa mort l'année suivante.

Fils aîné d'Henri II et de Catherine de Médicis, il monte sur le trône de France à l'âge de quinze ans après la mort accidentelle de son père le 10 juillet 1559. Son règne éphémère n’a duré qu'un an et cinq mois mais constitue un prélude majeur au déclenchement des guerres de religion.
Son règne est en effet marqué par une importante crise politique et religieuse. À son avènement, il confie les rênes du gouvernement aux Guise, les oncles de son épouse Marie Stuart, reine d'Écosse, partisans d’une politique de répression à l'égard des protestants.

Fait chevalier par son grand-père lors de son baptême, il reçoit le gouvernement du Languedoc en 1546.
Il devient dauphin de France à la mort de son grand-père François Ier en 1547.

_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 1 Nov - 17:46 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 5 300
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 17:59 (2016)    Sujet du message: Règne (1559 – 1560). Répondre en citant



Règne (1559 – 1560).


Le 21 septembre 1559, François II est sacré à Reims par le cardinal de Lorraine. Puis la cour rejoint la vallée de la Loire. Le château de Blois et les forêts de la région sont les lieux de prédilection du nouveau roi. François II adopte comme emblème un soleil et comme devise Spectanda fides (traduction : C'est ainsi qu'on doit respecter la foi) et Lumen rectis (traduction : La lumière est dans la droiture).

Le règne de François II est dominé par une importante crise financière, politique et religieuse. L'impopularité de sa politique répressive à l'égard du protestantisme, amène des gentilshommes protestants à monter un coup d’État contre ses principaux conseillers, les Guise ; c’est le choc de la conjuration d’Amboise. Face au mécontentement grandissant, le gouvernement décide alors de tenter la conciliation.
Sous l’influence de la reine Catherine de Médicis, il inaugure la mise en place d'un dialogue avec les tenants de la nouvelle religion mais demeure implacable face aux agitateurs. Jusqu’à la fin de son règne, le royaume de François II est paralysé par une vague de révoltes locales, prémices des guerres de religion.
Face au soulèvement protestant, le jeune roi se montre de plus en plus autoritaire et entend faire la guerre aux rebelles pour faire respecter son autorité bafouée.

À peine placés à la tête de l’État, les Guise font l’objet dans tout le royaume de profonds mécontentements. Un mouvement d’opposition mené par les deux principaux princes du sang conteste leur mainmise du pouvoir et les mesures qu’ils prennent dans l’exercice de leur fonction.

Les Guise pâtissent d’un manque de légitimité. Pour leurs adversaires, ce ne sont que d’ambitieux étrangers6 qui ne sont au pouvoir que parce qu’ils ont la faveur du roi. On leur reproche de profiter de la jeunesse du prince pour imposer leur pouvoir arbitraire. Un mouvement d’opposition conteste leur monopole du pouvoir et leur oppose les princes du sang comme Antoine de Bourbon, roi de Navarre.
Des théoriciens comme François Hotman, estiment que la position de principal conseiller lui revient de droit en tant que descendant de saint Louis et héritier du trône de France en cas de disparition de la branche régnante des Valois-Angoulême. Mais, faible de caractère, Antoine ne parvient pas à s’imposer aux Guise quand il se rend à la cour.

_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Jean-Pierre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2012
Messages: 11 461
Localisation: Ville d'Avray

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 20:40 (2016)    Sujet du message: Règne (1559 – 1560). Répondre en citant


_________________
« En politique, il faut suivre le droit chemin ; on est sûr de n'y rencontrer personne »
Otto von Bismarck.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 5 300
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Mer 2 Nov - 20:20 (2016)    Sujet du message: Règne (1559 – 1560). Répondre en citant



La politique étrangère de la France à l’avènement de François II est dominée par le traité du Cateau-Cambrésis qui mettait un terme à quarante années de guerre quasi ininterrompue entre la France et l’empire des Habsbourg.
À la stupeur de tous les contemporains, la France abandonnait au profit de l’Espagne et de ses alliés, la quasi-totalité de ses conquêtes italiennes.
Lorsque le roi Henri II meurt, la restitution des places fortes était déjà bien avancée du côté français.
Le gouvernement de François II, conscient des faiblesses du royaume, s’efforçait de rassurer les Espagnols sur sa volonté de respecter les engagements pris au Cateau-Cambrésis.
Le maréchal de Brissac qui mettait de la mauvaise volonté à évacuer les places du Piémont fut prié de cesser de faire des difficultés et d’accélérer les restitutions.
À l’automne 1559, les Français avaient définitivement quitté la Savoie, le Piémont (hormis les cinq places prévues par le traité), la Toscane et la Corse.
Du côté espagnol, le roi Philippe II mettait de la mauvaise volonté à restituer à la France, comme le prévoyait le traité, quatre places situées au nord-est du royaume. Des querelles de frontières ranimaient les tensions entre les deux grandes nations, mais après plusieurs mois de protestations, François II obtint enfin gain de cause.
Parallèlement aux restitutions territoriales, le gouvernement de François II avait encore à négocier, verser ou réclamer les compensations des personnes dont les biens avaient été pris ou détruits pendant la guerre. Il devait aussi s’accorder avec les autorités espagnoles pour déterminer le sort des prisonniers de guerre détenus de part et d’autre. De nombreux gentilshommes restaient en prison faute de pouvoir payer leurs rançons. Quant aux simples soldats de pied, ils étaient condamnés à être utilisés comme rameurs sur les galères royales. Si un compromis de libération réciproque fut signé entre les deux pays, l’Espagne se montrait peu humaine, sinon peu empressée de se séparer de ses prisonniers.

_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Cathy
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2012
Messages: 5 300
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Mer 2 Nov - 20:26 (2016)    Sujet du message: Règne (1559 – 1560). Répondre en citant

Fin de vie douloureuse.

L'état de santé du roi s'aggrave dès novembre 1560.
Le 16 novembre, il a une syncope. Après seulement dix-sept mois de règne, François II meurt le 5 décembre 1560 de maux insupportables à l'oreille. Il s'agirait peut-être d'une mastoïdite, d'une méningite, ou encore d'une otite devenue un abcès. La trépanation est envisagée par Ambroise Paré.
François II meurt sans descendance, son frère cadet Charles, âgé de dix ans, lui succède.
Le 21 décembre, le Conseil privé nomme Catherine de Médicis « gouvernante de France ». Les Guise se retirent de la cour. Marie Stuart, veuve de François II, retourne en Écosse. Louis de Condé, qui attend son exécution dans sa cellule, est libéré après négociations avec Catherine de Médicis.
Le 23 décembre 1560, le corps de François II est conduit à Saint-Denis par le prince de La Roche-sur-Yon. Son cœur, qui doit rester à Orléans, rejoint finalement le couvent des Célestins de Paris. On commande, pour le monument destiné à son cœur, un piédestal triangulaire en marbre blanc, sculpté par Jean Leroux, portant une colonne également en marbre blanc. Le monument est conçu par Primatice, et sculpté par Jean Leroux et Ponce Jacquiot entre 1562 et 1570.
Au sommet de la colonne, une urne en bronze (surmontée d'un enfant portant une couronne) renferme le cœur du roi. Elle est envoyée à la fonte en 1792. Alexandre Lenoir récupère la colonne, qu'il installe au Musée des Monuments Français, avant qu'elle ne soit déplacée à Saint-Denis en 1817. Elle y est toujours conservée.

_________________
" Montjoie Saint Denis "


Revenir en haut
Le Téméraire
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2012
Messages: 2 120
Localisation: Dijon

MessagePosté le: Dim 6 Nov - 13:41 (2016)    Sujet du message: Règne (1559 – 1560). Répondre en citant


_________________
« L'adversité rend sage. »


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:08 (2016)    Sujet du message: Règne (1559 – 1560).

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Les Souverains de la Maison de Valois-Angoulème. -> Les Valois-Angoulème. -> François II 1544-1560. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Desing (BlueBoard) by © AlyotiS