Le royaume de France médiéval Index du Forum Le royaume de France médiéval
La naissance du royaume de France depuis Hugues Capet, Xè au XVè siècle.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Siège de Paris par les vikings en l’an 885 - 886

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Batailles dans le Royaume de France -> Les Batailles dans le royaume de France. -> Batailles du XIè au XVIè siècles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
chevalier du Temple
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2012
Messages: 3 247
Localisation: Haute-Normandie

MessagePosté le: Mer 16 Nov - 17:09 (2016)    Sujet du message: Siège de Paris par les vikings en l’an 885 - 886 Répondre en citant

Ce n'est pas sans raison que Charlemagne, a la vue des barques normandes qui venaient sous ses yeux tenter quelque pillage, s'alarmait sur le sort de l'Empire. Aussitôt qu'il n'est plus, en effet les pirates renouvellent sans relâche leurs excursions ; vainement les faibles successeurs du grand empereur achètent-ils la paix, les hommes du Nord, encouragés par les riches rançons qu'ils obtiennent, souvent sans combattre, reviennent jusqu'à ce qu'ils aient enfin reçu pour établissement la province à laquelle depuis ils ont laissé leur nom.

Après avoir pillé Rouen, Nantes, Bordeaux, ils s'aventurèrent dans leurs frêles embarcations vers Paris, Orléans et Toulouse en suivant dans l'intérieur du pays le cours des fleuves.

Sur leur passage tout éprouvait la férocité de ces barbares, les riches abbayes, les hameaux étaient incendiés, les habitants emmenés captifs ou tués impitoyablement et malgré tant d'excès personne n' osait leur résister.

Nul roi, nul chef, nul défenseur ne se levait pour les combattre.

La plus célèbre de leurs nombreuses expéditions contre Paris fut celle qui les amena en 886 sur les rives de la Seine.

Paris, épuisé par trois invasions successives des Normands n'occupait plus qu'une île jetée au milieu de la Seine comme un vaisseau échoué au lit du fleuve ; au nord et au midi la cité avait jeté, sur les rivages où s'était autrefois étendue dans toute sa splendeur romaine la Lutèce de Julien, deux ponts, chacun défendu à son entrée par une tour.

Les Normands se présentèrent à la fin du mois de novembre 885 au nombre de quarante mille hommes environ, montant sept cents grandes barques et un nombre si considérable de petites, dit Abbon, qui a raconté le siége de Paris dans un long poème, que la rivière en était couverte dans un espace de deux lieues au-dessous de la ville.

Cette armée, conduite par quatre chefs, était commandée par l'un deux nommé Sigefroy : d'abord il s'adressa à Gozlin, évêque de Paris et lui demanda le passage pour lui et ses troupes : l'évêque et le comte de Paris, Eudes, refusent, et le chef normand se retire en proférant d'horribles menaces.

Le lendemain, 27 novembre 885, le siége de Paris commença ; les Normands, campés sur la rive du nord, au bas des hauteurs de Montmartre, dirigèrent leurs attaques contre la tour qui de ce côté protégeait l'entrée du pont. Gozlin, l'abbé Ebbles son neveu, le comte Eudes, ces vaillants chefs qui devaient durant treize mois résister aux efforts des Normands s'y renfermèrent avec les meilleures troupes, les combattants les plus courageux.

Un premier assaut fut donné dans lequel les Normands furent repoussés, non pas sans avoir battu à coups de pierres et de flèches l'édifice dont ils voulaient s'emparer.

Le lendemain ils reviennent avec plus d'ardeur encore dès le lever du soleil, et ils trouvent la tour plus forte et plus haute que la veille.

Pendant la nuit les assiégés. sans prendre de repos, avaient réparé le dommage causé par les Normands et ajouté de nouvelles constructions.

Le succès de cette seconde journée fut vivement disputé; les assaillants lançaient aux Parisiens des flèches, des pierres, et cherchaient à saper la tour du haut de laquelle les assiégés répandaient de la poix, de la cire fondue, de l'huile bouillante et précipitaient les assiégeants dans le fleuve en s'écriant : « Allez rafraîchir vos brûlures dans la Seine, ses eaux répareront votre chevelure et la rendront plus lisse. Vers la fin de la journée, comme les Normands étaient parvenus à ouvrir une brèche, Eudes et Ebbles font une sortie, en tuent trois cents, et rentrent après les avoir encore obligés de reculer.

Les Normands, découragés par ces deux tentatives infructueuses préparèrent des moyens puissants avant d'essayer un troisième assaut.

Pendant deux mois ils suspendirent leurs attaques contre Paris ; mais ils mirent à feu et à sang la rive droite de la Seine profanant les lieux saints, ruinant les principaux édifices, pillant et tuant partout sans miséricorde.

Le 28 janvier 886 ils s'avancèrent vers la tour dont ils voulaient s'emparer, traînant une immense machine en bois montée sur seize roues et portant à chaque étage un bélier manœuvré par soixante hommes : ils achevaient le dernier étage sous les yeux mêmes des assiégés, quand une pierre lancée par une baliste frappe les deux inventeurs de cette machine et la rend inutile.

Toutefois, sans perdre courage et durant trois jours, les Normands reviennent à l'assaut ; ils enveloppent la tour de la ville de trois côtés, essaient de rompre le pont par lequel elle communique avec Paris, et avancent sous les murs en lançant des pierres, des flèches, des balles de plomb qui tombent jusque dans la ville.

La grandeur du péril appelle tous les citoyens an combat, les cloches sonnent, les trompettes retentissent de toutes part on invoque le nom de Saint Germain, le patron de la cité et on se rend vers le côté que menacent les ennemis.

Eudes, le vaillant comte de Paris, Robert, son frère, donnent à leurs soldats l'exemple du courage ; les assiégeants, animés par l'opiniâtre résistance qu'on leur oppose égorgent les prisonniers qu'ils ont faits et jettent leurs cadavres dans les fossés, afin de les combler.

A cette vue le saint prélat Gozlin, rapporte Abbon, ne peut retenir ses larmes, il invoque à haute voix la mère du Dieu sauveur: à l'instant un trait volant du haut de la tour apporte à un ennemi le sort que lui souhaitait Gozlin.

Les Normands essayèrent encore d'incendier le pont et la tour, ils remplirent plusieurs barques de bois, de feuillage, de paille, et, y mettant le feu, ils les abandonnèrent au courant du fleuve, mais elles vinrent se heurter contre les piles en maçonnerie du pont sans l'endommager.

"Aussitôt le peuple de Dieu, continue le poète historien du siége de Paris, descend auprès de ces feux ennemis, les plonge dans les eaux, s'empare des barques en vainqueur, et trouve sa joie dans ce qui tout à l'heure faisait sa douleur et ses larmes."

Cependant les Normands commençaient à douter du succès, ils s'étaient retirés dans leur camp, laissant sur place en face de Paris deux béliers, quand la rupture du pont méridional de la ville, renversé par un débordement subit, sépara de la cité la tour de défense. où douze guerriers se trouvaient alors renfermés.

Aussitôt les Normands traversent la Seine, se répandent sur ta rive du midi, et attaquent avec énergie la tour à laquelle on ne pouvait plus porter secours.

Abandonnés de leurs concitoyens, en face de ces bandes de barbares qui se renouvellent incessamment pour l'assaut, les douze guerriers ne perdent pas courage et ils résistent avec une admirable fermeté:

"Les citoyens voudraient en vain courir à la tour, dit Abbon, ils voudraient porter le secours de leurs armes à ces défenseurs qui, haletants, au nombre de douze, combattent vaillamment sans avoir craint jamais les formidables épées des Normands.

Il est difficile, ajoute- t- il, de raconter leurs combats, mais voici leurs noms Ermenfred, Ervée, Ériland, Odoacre, Ervic, Arnold, Solie, Gozbert, Uvid, Ardrade, Eimard et Gozsuin ; « noms d'intrépides combattants qui méritent d'être en effet conservés dans l'histoire. "

Au milieu de l'incendie qu'allumaient les Normands, enveloppés par les flammes et la fumée, ces douze braves combattirent toute une journée.

Enfin vers le soir leurs adversaires leur crient " Guerriers, venez vous remettre à notre foi, vous n'avez rien à craindre."

Ils sortent alors de la tour, espérant se racheter par une rançon ; mais quand leurs ennemis les voient en leur pouvoir, trahissant la parole qu'ils viennent de donner, ils massacrent ces hommes, dont ils n`avaient pu loyalement triompher.

Depuis plusieurs mois, les Parisiens luttaient avec une admirable persévérance contre les Normands; toujours ils avaient espéré que le roi Charles le Gros viendrait les secourir, mais rien n'arrivait.

Les Normands étaient maîtres des deux rives de la Seine; au loin on n'apercevait que le camp des barbares et cependant les ressources diminuaient, les maladies, la famine épuisaient les forces des assiégés ; l'un des chefs, le courageux Gozlin, était mort.

Dans cette extrémité, le comte de Paris se dévoua afin d'aller presser l'arrivée du roi ; de grand matin il traverse au galop le camp ennemi et va trouver Charles le Gros.

Au mois d'avril, Eudes, de retour de sa mission, paraissait sur les hauteurs de Montmartre : les Normands veulent s'opposer à son passage, le vaillant comte de Paris se jette parmi eux, franchit leurs rangs, et rentre dans la ville.

Charles avait promis de prompts secours, mais l'indolent monarque n'arriva que dans les derniers jours d'octobre 886 ; encore n'osa- t- il pas combattre, il préféra payer de sept cents livres d'argent l'éloignement des barbares qui étaient depuis une année devant Paris.

C'est à ce moment que commence l'illustration des Capétiens ; tandis que Charles le Gros se déshonore par sa lâche insouciance, le courage et l'activité du comte de Paris lui gagnent une influence qui prépare l'avènement de sa famille au trône des Carlovingiens.


_________________
Par la Croix et l'Epée au Service de Notre-Dame


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Nov - 17:09 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> Batailles dans le Royaume de France -> Les Batailles dans le royaume de France. -> Batailles du XIè au XVIè siècles Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Desing (BlueBoard) by © AlyotiS