Le royaume de France médiéval Index du Forum Le royaume de France médiéval
La naissance du royaume de France depuis Hugues Capet, Xè au XVè siècle.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Analyse du carnet de croquis

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> L'Art médiéval au Royaume de France. -> L'art médiéval au Royaume de France. -> L' Art de l'enluminure. -> Le carnet de Villard de Honnecourt .
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Liliane
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2013
Messages: 4 726
Localisation: val d'oise

MessagePosté le: Jeu 1 Déc - 15:49 (2016)    Sujet du message: Analyse du carnet de croquis Répondre en citant

Architecture


Si le mot architectus, ou architector apparaît assez rarement dans les textes du Moyen Âge, il est totalement inconcevable que des édifices d'importance aient pu être réalisés sans la prévision et la direction d'hommes de métier expérimentés, les architectes. Si ce titre n'était pas porté, la fonction n'en existait pas moins.

L'appellation plus répandue de "maître d'œuvre" se confond aujourd'hui avec celle de "maître d'ouvrage". Ce dernier pouvait peser sur certaines décisions ou imposer des "partis". Fréquemment des gens d'Église sont cités à l'occasion de la construction d'une église sans que l'on puisse toujours savoir si leur fonction était celle d'un commanditaire, ou s'ils jouaient un rôle plus important dans la conception ou la conduite du chantier.

Les zones d'opacité qui entourent le personnage de Villard sont trop importantes pour pouvoir affirmer à coup sûr qu'il fut un expert en construction. Cependant, l'adresse introductive de son Carnet, ses plans de chœurs d'église, ses dessins de la tour de Laon, du projet de rose pour Lausanne, de l'élévation des chapelles de Reims pourraient le suggérer.




Folio 41 - Tracés de construction.


La salle capitulaire : voûter sans colonne centrale - L'œuf et la poire : comment vérifier un aplomb

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 1 Déc - 15:49 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Liliane
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2013
Messages: 4 726
Localisation: val d'oise

MessagePosté le: Jeu 1 Déc - 16:18 (2016)    Sujet du message: Analyse du carnet de croquis Répondre en citant

Stéréotomie


Pour permettre de tailler d'avance et avec précision les pierres d'un arc, d'une voûte ou d'un mur, les constructeurs gothiques ont développé "l'art du trait", d'où est issue la stéréotomie, science de la coupe des pierres qui s'applique également à la coupe des bois destinés aux ouvrages de charpente.

Certains dessins du Carnet dévoilent l'étendue des connaissances de Villard de Honnecourt dans cet art de la coupe des pierres. Soucieux de ne pas divulguer ses méthodes à des profanes, il n'y indique que l'essentiel. Pendant cent cinquante ans, ces petits croquis ont paru sans intérêt aux commentateurs du manuscrit qui n'en comprenaient pas la signification. Et pourtant, ces dessins énigmatiques proposent des recettes pratiques pour faciliter et optimiser la taille des pierres ou indiquent comment disposer les joints d'une colonne, comment tailler les pierres d'un arrachement, ou encore celles d'une voûte biaise.


Folio 40 - Tracés de construction.


Tailler une voussure pendante : un tour de force technique

Villard a dessiné une arcature jumelée dont le chapiteau "pendant" ne repose sur rien et il a indiqué comment appareiller ces deux arcs pour qu'ils tiennent, une fois retiré le support central.
_________________


Revenir en haut
Liliane
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2013
Messages: 4 726
Localisation: val d'oise

MessagePosté le: Jeu 1 Déc - 16:21 (2016)    Sujet du message: Analyse du carnet de croquis Répondre en citant

Géométrie appliquée


Les constructeurs, qu'ils soient autodidactes ou éduqués comme Villard de Honnecourt, ne connaissaient les ouvrages théoriques qu'à travers leurs contacts avec des ecclésiastiques.

Pour s'assurer de la valeur générale d'une méthode de calcul ou d'une construction géométrique, ils procédaient par des expériences concrètes. Certaines méthodes empiriques, dont on a le reflet dans le manuscrit, peuvent nous paraître sommaires ou primitives. Et pourtant, ces modestes dessins techniques révèlent qu'en matière de géométrie appliquée à la coupe des pierres, le niveau des connaissances qu'on trouve dans le manuscrit de Villard correspond sensiblement à ce que dévoila, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, Philibert de l'Orme dans ses traités d'architecture. Cela explique comment furent possibles les réalisations spectaculaires des constructeurs des cathédrales gothiques.



Folio 36 - Tracés géométriques


Tête de cheval : un triangle équilatéral - Le mouton : le rectangle d'or

_________________


Dernière édition par Liliane le Sam 3 Déc - 11:00 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Liliane
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2013
Messages: 4 726
Localisation: val d'oise

MessagePosté le: Sam 3 Déc - 10:45 (2016)    Sujet du message: Analyse du carnet de croquis Répondre en citant

Mnémotechnique


Quatre pages du Carnet concernent ce que Villard nomme "l'art de iométrie".

Les constructeurs devaient se rappeler les opérations nécessaires pour construire ou vérifier un angle droit, dessiner un triangle équilatéral, un carré, un "rectangle d'or", un pentagone, un décagone, un heptagone, retrouver le développé d'un arc de cercle, comparer des surfaces et des volumes dans des figures semblables.

Ces croquis de Villard sont là pour aider l'homme de chantier à se remémorer les constructions géométriques, lorsqu'il en a besoin, de la même façon que les figures d'animaux, d'objets, de personnages reproduits sur la carte du ciel permettaient de se souvenir de la disposition des étoiles dans les constellations et de les reconnaître. C'est ce que Villard souligne en écrivant qu'elles sont utiles pour "œuvrer".



Folio 38 - Études et tracés géométriques.


Les dessins de cette page semblent des rappels symboliques et en quelque sorte une synthèse de ce qui a précédé, ce que manifeste la figure du sanglier qui est ici comme la signature du maître, que cet animal symbolise. Le texte, en bas, insiste sur l'importance des quatre pages consacrées à l'art de "jométrie".

_________________


Dernière édition par Liliane le Sam 3 Déc - 11:37 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Liliane
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2013
Messages: 4 726
Localisation: val d'oise

MessagePosté le: Sam 3 Déc - 11:36 (2016)    Sujet du message: Analyse du carnet de croquis Répondre en citant

Homme de chantier et ingénieur


Pour mener à bien un chantier tel que celui d'une cathédrale, un constructeur du XIIIe siècle devait être polyvalent. Il devait non seulement pouvoir tracer les implantations, rechercher la pierre, le bois, la chaux ou le sable, les faire transporter sur le chantier, mais aussi coordonner les différents corps de métier et gérer les finances.

De même, il devait faire construire non seulement les échafaudages ou les cintres, mais aussi tous les engins nécessaires au chantier. Cela l'amenait à s'intéresser à la mécanique.

Certains dessins du manuscrit de Villard révèlent des préoccupations qui seraient familières à un ingénieur d'aujourd'hui, telles que l'économie de la force humaine, la standardisation des éléments et les méthodes de construction, le souci de l'entretien et de la sécurité des bâtiments.


Folio 44 - Machines, engins, automate.


Les machines, le piège automatique et l'automate dessinés sur cette page sont représentatifs des progrès techniques de l'époque, ainsi que de la diversité des centres d'intérêt des constructeurs gothiques et des technologies qu'ils devaient maîtriser.

_________________


Revenir en haut
Liliane
Membres actifs

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2013
Messages: 4 726
Localisation: val d'oise

MessagePosté le: Sam 3 Déc - 12:00 (2016)    Sujet du message: Analyse du carnet de croquis Répondre en citant

Inventions et automates


Pendant que certains - que Villard appelle les "maîtres" - débattent du mouvement perpétuel et de la façon de "faire tourner une roue par elle seule", nombre d'inventions de l'époque sont dues à de modestes artisans, dont l'histoire n'a pas conservé les noms.

De même, l'une des inventions exposée dans le Carnet - la chaufferette - est peut-être la véritable origine de la suspension dite "à cardan", qui maintient horizontaux les compas de marine et qu'on attribuait jusqu'ici à l' inventeur italien qui lui a donné son nom au XVIe siècle…

le Carnet recense d'autres inventions que Villard a pu observer ou qu'il a conçues lui-même, comme son trébuchet.



Folio 59 - Engin de guerre, trébuchet.


À l'époque de Villard, le trébuchet était d'apparition récente, mais n'était pas une nouveauté, Villard a cherché à le perfectionner, en inventant un engin lançant des flèches, en fait des énormes missiles de quelque cent kilos, capables, à deux cents mètres de portée, de perforer une poterne, de détruire un pont, de faire effondrer des hourds ou des toitures, ou de mettre hors de combat plusieurs rangs d'hommes ou de chevaux.
Les ingénieurs de la Renaissance, plusieurs siècles après Villard, ont laissé des projets d'engins lançant d'énormes flèches, mais qui auraient nécessité d'être repointés après chaque coup. De fait, on n'a aucune trace qu'on ait réussi à les construire. Un modèle réduit au 1/50e réalisé par Roland Bechmann (l'appareil de Villard aurait eu 18 mètres de hauteur) a permis de montrer qu'ici aussi, Villard était fiable et qu'un tel engin fonctionnait et pouvait tirer coup sur coup sans bouger, ce qu'a confirmé le trébuchet de plus grandes dimensions construit ensuite par le compagnon Renaud Beffeyte. Ces réalisations ont permis de calculer les portées que pouvait atteindre un tel engin, le poids des missiles qu'il pouvait projeter et leur vitesse initiale.


FIN

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:25 (2016)    Sujet du message: Analyse du carnet de croquis

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le royaume de France médiéval Index du Forum -> L'Art médiéval au Royaume de France. -> L'art médiéval au Royaume de France. -> L' Art de l'enluminure. -> Le carnet de Villard de Honnecourt . Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Desing (BlueBoard) by © AlyotiS